compagnies en résidence

Résidences 2018-2019

ACCUEIL DE COMPAGNIES EN RÉSIDENCE

Nous proposons, en fonction des projets des compagnies, une résidence d’une ou plusieurs semaines pour la création de nouveaux spectacles.

Nous mettons à disposition des artistes :

• un lieu d’hébergement.
• des salles de travail.
• la prise en charge des repas.
• leurs déplacements.
• une enveloppe financière en fonction du temps passé en résidence.

Nous demandons aux compagnies de réserver un temps de travail (environ 1/4 du temps de résidence) aux actions culturelles (rencontres, ateliers, lectures). Les auteurs, les compagnies de théâtre, les écoles de théâtre, travaillent donc à leurs oeuvres sur Valréas en relation avec les citoyens, dans le sillon de l’Éducation Populaire et revalorisent, par leur présence, le territoire.

 


 

+ d'infos

 

LA COMPAGNIE LES PASSEURS

Résidence de création du 14 au 22 mars 2019

La Compagnie sera en résidence pour la création du spectacle « HÉROÏNE(S) » sur le thème de l'addiction dont le troisième volet est écrit par Sophie Lannefranque en résidence également aux Nuits de l'Enclave.

Lucile Jourdan metteure en scène de La Cie les Passeurs, fondée en 2005 à Lyon, est depuis 2013 installée en P.A.C.A. et artiste associé au Théâtre du Briançonnais (05).

Dès l’origine, réunis par un même intérêt pour les auteurs de théâtre contemporain, Lucile Jourdan et son équipe artistique ont pour ambition de sensibiliser aux nouvelles formes d’écritures et de questionnement du monde, en proposant une lecture originale des enjeux du théâtre susceptible d’ouvrir d’autres perspectives au regard.

compagnielespasseurs.fr

« HÉROÏNE »
TRIPTYQUE
CRÉATION(S) 2017/ 2018 / 2019
Sabine Tamisier
Dominique Richard
Sophie Lannefranque
Cie Les Passeurs

TRIPTYQUE EN CHANTIER
TROIS CRÉATIONS DE 2018 À 2019

Le concept d’addiction vient du latin « ad dicere » signifiant « dire à » ; l’histoire orale prend ici tout son sens. C’est à travers la polyphonie qu’un « nous » se maintient et s’affirme. La recherche proposée n’est pas là pour fournir une solution, elle devient le moyen de créer en commun et rendre compte des comportements addictifs qui excluent et anéantissent. L’idée est d’affronter collectivement les questions politiques et philosophiques que pose l’usage des drogues, des substances et des comportements addictifs, sur soi et sur l’existence, sur la construction individuelle et l’organisation sociale et culturelle.

Trois auteur(e)s, trois actrices, trois solos autonomes.
Le triptyque qui s’échafaude est un projet kaléidoscopique. La géométrie de travail n’est pas une géométrie variable. Ce sont nos points de vue qui se déplacent à travers la commande d’écriture de trois auteur(e)s qui se rencontreront en traçant chacun le portrait de trois femmes sous emprise. De la même manière que le kaléidoscope qui possède à la fois un nombre fini d'éléments dans un espace fini et pourtant autorise un nombre indéfini d’images, le triptyque de trois écrits en devenir, trois voix et trois interprètes dans un lieu public non défini de représentation, construisent une figure, réconciliant les termes apparemment opposés de la permanence et du changement. La commande aux auteur(e)s propose de respecter la même règle de jeu : chacun écrit pour une actrice et, outre le monologue, ils doivent intégrer l'adresse aux spectateurs (et qui plus est aux adolescents) dans un lieu public.

Sophie Lannefranque / Gentiane Pierre
Sophie Lannefranque qui vit en communauté avec le désordre du monde, pas de cloisonnement dans sa langue, une curiosité accrue décuple ses outils d’écriture, comme un chantier infini d’expérimentation. Elle écrit « du son de parole, du texte à danser, à lire, à voir, par les oreilles ». Des mots tendus comme des cordes, capables de faire vibrer l’univers corporel et musical équivoque et audacieux de Gentiane, comédienne, chanteuse et musicienne, saxophoniste, guitariste et percussionniste. Elles s’accordent sur l’engloutissement au travail.

SOPHIE LANNEFRANQUE / TRAVAIL
Être ou ne pas être au travail. Telle est la question.
Être. Exister. Avoir une identité, un corps, un sens, une densité.
Avoir un travail pour mieux être.
Mais être quoi ? Qui ? À quel prix ?
Le travail.
Le travail n’est plus ce qu’il était. Le travail inhumain devenu trop humain, en apparence du moins.

 


 

+ d'infos


LA COMPAGNIE LA MAISON

Résidence de création du 24 au 26 septembre 2018

La compagnie La Maison en partenariat avec le CDN La Comédie de Valence était en résidence  pour leur projet "Sarrazine" une création qui retrace la vie de Albertine Sarrazin.

Écriture Julie Rossello-Rochet / Mise en scène Lucie Rébéré

Julie Rossello-Rochet et Lucie Rébéré sont membres du Collectif artistique de La Comédie de Valence,du CDN Drôme-Ardèche, elle seront accueillies en résidence à Valréas pour l'écriture de cette pièce.

 

« SARRAZINE »
JULIE ROSSELLO ROCHET / LUCIE RÉBÉRÉ

QUI ÉTAIT ALBERTINE SARRAZIN ? :
"Albertine Sarrazin (1937-1967), née à Alger de père et mère inconnus, adoptée par un colonel de l’armée française à 2 ans, élève brillante à Aix-en-Provence à 10, en maison de redressement à Marseille à 15, prostituée à Paris à 16, condamnée pour hold-up armé à 18, évadée de prison à 20, en cavale à 21, mariée à son grand amour à 22, pigiste au Méridional à Alès à 27, autrice de plusieurs romans à succès – La Cavale, L’Astragale, La Traversière – à 28, morte à 30 ans d’une opération mal préparée.
Portée sur la scène, l’existence fulgurante de cette étoile de la littérature française va nous conduire, entre ombre et lumière, dans un voyage d’amour, à mort, pour la liberté."

Décrite par wikipedia comme la « première femme à raconter sa vie de prostituée, de délinquante et son expérience en prison pour femmes », sa vie interroge notre rapport à la prostitution, l’idée que l’on s’en fait, l’émancipation des femmes, celle qui s’organise grâce à l’art, ou plus tard sa mort, après le procès intenté par son mari, et de manière jurisprudentielle la question de la responsabilité médicale.

Mais comme l’écrit sa biographe Josane Duranteau : « ce destin exceptionnel suscite d’autres réflexions multiples, directement traversés par la vie d’Albertine, sur un grand nombre de problèmes qui mettent en question les structures de notre société et qui par là nous concernent tous. Citons : l’abandon d’enfant, l’adoption, la crise de l’adolescence chez le sujet sur-doué, la rééducation de la jeunesse pré-délinquante, les tribunaux d’enfants, le régime carcéral et ses effets sur les mineurs, les possibilités de ré-insertion dans une vie « normale » après de longues années de prison… »


 

+ d'infos


LA COMPAGNIE DYNAMO THÉÂTRE

Résidence de création de décembre 2018 à juillet 2019

La compagnie Dynamo théâtre avait été programmée avec leurs spectacles "Les filles aux mains jaunes" en 2016 et "Vivre" en 2017 au Festival des Nuits de l'Enclave.

Nous les sollicitons cette année pour la création du spectacle amateur 2019, une oeuvre de fiction autour de la disparition de la ligne de chemin de fer reliant Pierrelatte à Nyons en passant par Valréas. La commande d'écriture du spectacle a été faite auprès de Michel Bellier également en résidence d'auteur depuis décembre.

Écriture Michel Bellier / Mise en scène Joëlle Cattino

 

JOËLLE CATTINO
BIOGRAPHIE

Joëlle Cattino est comédienne, metteuse en scène et adaptatrice.
Elle est la directrice artistique de Dynamo Théâtre.

Depuis ses débuts, elle affirme une sensibilité pour la recherche d'une écriture scénique mêlant formes et styles, pièces contemporaines et adaptations de textes non théâtraux.

Son parcours professionnel est jalonné de rencontres avec d’autres artistes venant d'horizons scéniques multiples :des auteurs (Philippe Minyana, Michaël Glück, Michel Bellier, Dominique Cier), des compositeurs (Anne Gastine, François Petit, Dominique Lafontaine), des éclairagistes & scénographes (Marie-Christine Soma, Jean-Louis Deville, Jean-Luc Martinez). Entre 1992 et 2008, elle a été collaboratrice et artiste associée au fonctionnement et aux projets artistiques de compagnies, au sein desquelles elle a été porteuse de nombreux projets de créations originales.

En tant que comédienne,elle a travaillé au théâtre, depuis 1984, avec notamment François-Michel Pesenti, Dominique Lardenois, Yves Fravéga, Shauna Kanter (New York), Jean-Louis Hourdin, Anne-M Pleis (Berlin). Sous leurs directions elle crée des rôles issus du texte contemporain comme du répertoire classique (Adamov, Ditlevsen, Shakespeare, Brecht, Slimovitch, Goldoni, Tchékhov, Fo, Bellier, Grumberg,..). Plus d’une trentaine de pièces créées et jouées en France et à l’étranger - notamment en résidence à la Friche artistique Hackesche Höfe à Berlin Allemagne, au TNA à Alger-Algérie et au sein de la compagnie Shauna Kanter Off-Broadway USA.

Pour le Cinéma et la Télévision, elle a tourné sous la direction de Claire Simon, Jean-Paul Rappeneau, Bernard Zitzerman.

En tant que metteuse en scène, indépendante au sein de nombreuses sructures, elle a initié, dirigé, monté plus d'une vingtaine de spectacles originaux, mêlant textes du répertoire, textes contemporains, composition musicale et travail sur l’image.

Depuis sa première expérimentation, "I don’t want to die, bad trip" d'après le Journal de Danielle Collobert, en collaboration avec Marie-Christine Soma, en 1991 au Théâtre de la Balsamine à Bruxelles, jusqu'à "Ad Vitam", de Joël Jouanneau, une commande du Théâtre d’O, Montpellier en 2009.
Depuis elle a créé et dirige Dynamo Théâtre.


 

Actualités
© Les Nuits de l'Enclave 2016 - mentions légales - partenaires
NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter !

* mention obligatoire
×