Lettres à Nour – 17-21-23

lettres à nour

20-22 juillet – 21h30

Création CDDV Prod

« Notre quotidien d’Homme du 21ème siècle
est traversé
par des tragédies qui nous dépassent
et nous submergent.»
Gilbert Barba

Nour et son père échangent 14 lettres sur une période de deux ans et chacune des lettres est empreinte d’un amour indéfectible. Malgré les divergences, voire le dégoût ressenti par moment sur les choix de vie de l’un par rapport à l’autre, rien ne rompt cet amour filial ou paternel.

Cependant chacun argumente sans complaisance, sans concession.

« Je suis, depuis des mois, travaillé par une question lancinante, qui revient cogner en moi comme une migraine, récurrente, familière. Pourquoi de jeunes hommes et jeunes femmes, nés dans mon pays, issus de ma culture, dont les appartenances semblent recouvrir les miennes, décident-ils de partir dans un pays en guerre et de tuer au nom d’un Dieu qui est aussi le mien ? Cette question violente a pris une dimension nouvelle le soir du 13 novembre 2015, quand cette évidence effrayante m’a déchiré intérieurement : une partie de moi venait de s’en prendre à une autre partie de moi, d’y semer la mort et la douleur. Comment vivre avec cette déchirure ? Ainsi a pris forme, peu à peu, ce dialogue épistolaire entre un père et sa fille partie faire le djihad… Ce dialogue impossible, difficile, je l’ai imaginé. » Rachid Benzine – Auteur

« Après avoir mis en scène Antigone de Sophocle, tragédie antique, qui m’a permis de penser le monde d’aujourd’hui, je n’espérais pas trouver si vite un texte aussi puissant. Un texte traversé par une tragédie contemporaine à la portée de tous.
« Lettre à Nour » pose un problème de société sur lequel il est urgent et nécessaire de s’interroger. Il est en ce sens fraternel des grands textes des poètes grecs. L’ouverture d’un espace critique, d’un espace discursif du débat et de l’interrogation argumentée, nous a été léguée par les auteurs de théâtre du siècle de Périclès et c’est un des outils essentiels de la démocratie. Rachid Benzine avec ce dialogue épistolaire pose plus de questions qu’il ne donne de réponses et cela nous oblige à la réflexion. Cela nous oblige à questionner nos certitudes. Il est lui aussi un poète de l’interrogation argumentée.
» 
Gilbert Barba – Metteur en scène

Tarif normal : 20€

Tarif préférentiel : 15€

Se restaurer sur le festival :

Mardi 20 juillet
WHY NOT – AUBERGE ITINÉRANTE + d’infos
Réservez votre repas au 06 80 90 87 56

Jeudi 22 juillet
LE RÉUNIONNAIS + d’infos
Réservez votre repas au 06 43 48 10 08

Durée 1h45

Dès 14 ans 

Production Centre Dramatique des Villages du Haut Vaucluse

D’après Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir ? de Rachid Benzine, paru aux Éditions du Seuil. © DR.

Mise en scène : Gilbert Barba

Assistante mise en scène : Elsa Kmiec

Scénographie : Judith Dubois, Gilbert Barba

Construction du décor et régisseur : Denis Blanc

Création lumière : Christophe Ricard

Créations sonores : Clément Barba dit Pépé du groupe Deluxe

Costumes : Patricia Depetiville

Perruques : Nathalie Champigny

Avec : Sarah Nedjoum, Gilbert Barba

© Laure Néron

Formation analyse chorale autour du spectacle

Jeudi 22 et vendredi 23 juillet

Elle sera assurée par Yannic Mancel ou Philippe Guyard dans le cadre du partenariat avec l’ANRAT.

Ouverte au tout public
à partir de 16 ans
 
Sur inscription auprès du festival
au 04 90 28 12 51
reservation@cddv-vaucluse.com

Photos

Presse